Lauryn a 19 ans, elle est étudiante et accorde beaucoup de temps à une activité : son développement personnel. Podcasts, livres, vidéos, comptes Instagram, la jeune femme consomme autant de contenus possibles pour améliorer sa connaissance d’elle-même, prendre conscience de ses talents, upgrader sa qualité de vie ou encore trouver des réponses à des questions existentielles, qu’elle ne trouve pas ailleurs. "Je m’intéresse beaucoup aux relations humaines. Comment assainir son rapport aux autres tout en restant fidèle à ses valeurs ?" s’interroge-t-elle.

Des questions que l’on ne se pose pas forcément au sortir du baccalauréat, alors que la liberté de la vie de jeune adulte nous tend les bras. Alors que cherche-t-elle à travers ces contenus ? "Ma mère a des bouquins de développement personnel et elle est à fond dans le concept de pensée positive. Au début je moquais un peu d'elle mais après avoir vécu une période difficile, j'ai décidé de me renseigner, explique-t-elle. J'ai grandi dans un contexte catholique mais je n'ai jamais réussi à trouver un état d'épanouissement dans ma relation avec Dieu. Avec ce que je lis et écoute comme podcasts aujourd’hui, je me sens véritablement changer et devenir une meilleure personne. J’essaie de me focaliser sur la paix intérieure et d’écouter mes besoins d’enfant pour les combler et tirer un trait définitif sur mes blessures.

Une recherche spirituelle de pleine conscience et de confort à laquelle tend aussi Mélanie, 25 ans, tout juste diplômée en économie. "Je cherche à prendre conscience de mon corps, à comprendre mes émotions, avoir confiance en moi et surtout apprendre à vivre pour moi et pas pour les autres, nous confie-t-elle. Si je ne suis pas encore une véritable adepte, j’essaie de trouver le temps entre mes activités pour prendre soin de moi. Et ça passe surtout par les podcasts et une application que j’adore et qui me sert à méditer." 

Cette appli ? Meditopia. Une parmi des dizaines qui s’emparent de nos téléphones comme Calm ou encore Petit Bambou, dont on voit souvent la publicité dans les transports en commun - et qui sont excellentes. L’offre est pléthorique et partout, on nous encourage à pratiquer la méditation grâce à notre smartphone. Dans l’open space chez GLAMOUR, sur huit personnes interrogées, cinq possédaient une appli sur laquelle elles se rendent régulièrement voire quotidiennement pour se détendre. 
Parmi les autres sources d’inspiration liées au développement personnel, les livres. Régulièrement en tête des ventes sur Amazon, comme aime à le rappeler cet article de Slate, les ouvrages de développement personnels sont très plébiscités par les jeunes. Selon une étude portée par le Centre National du Livre cette année, 16% des jeunes adultes auraient lu un ouvrage lié au développement personnel. Enfin et surtout, c’est sans compter sur leur consommation gratuite de vidéos sur YouTube qui leur permettent d’avoir accès également à des Tedx Talk de qualité qu’ils partagent ensuite sur leurs réseaux qu'on observe, mais qu'on ne peut malheureusement pas chiffrer. Puis, plus accessibles encore, les podcasts qui permettent de se couper du monde et se recentrer sur soi, sans dépenser un sou et ce, même dans le tumulte du métro, et auxquels on a tous accès. 

Le podcast comme thérapie

C’est sur cette vague qu’a voulu surfer Alexane, créatrice de l’excellent podcast Oser Rose, qui est tombée dans le tourbillon du développement personnel tout à fait par hasard, alors qu’elle effectuait un voyage à Hanoi. "La question ‘qu’est-ce que je vais faire de ma vie’ me stressait, me désespérait et je ne trouvais pas de réponse, nous explique-t-elle. Ma colocataire serbe s’était intéressée à cette discipline et m’a familiarisée avec. Il m’a fallu six mois, après avoir passé un mois à déprimer pour que je plonge activement dans le développement personnel. J’ai pris conscience que si les mêmes situations se répétaient encore et encore, c’est que le dénominateur commun était moi. Par conséquent, j’avais la possibilité de faire évoluer et changer les choses."
Peurs, difficultés, blocages, estime de soi, inconscient, le développement personnel permet donc avant tout à la jeune femme de s’intéresser à la relation qu’elle entretient avec elle-même et de l’améliorer. Et c’est devant un tel résultat que la jeune femme décide alors de créer son podcast, pour rendre ces concepts accessibles à tous. "En France, les sujets liés au bien-être sont souvent associés à des pratiques de ‘bobos’ ou de ‘hippies’, poursuit-elle. C’est donc avec la volonté de rendre le développement personnel mainstream et de le démystifier que j’ai voulu faire un podcast sur le sujet. Mon objectif ? Faire passer le message à des personnes aussi cartésiennes et terre à terre que mon père." Et ça marche. De sa voix douce, Alexane développe un concept dans son podcast, toutes les deux semaines pendant une vingtaine de minutes, et on se prend à l’écouter comme s’il s’agissait d’une amie qui nous raconte une histoire et qui nous donne d’excellents conseils que l’on a très vite envie d’appliquer.

Un chemin vers la pleine conscience qu’elle parcourt d'aileurs elle-même à travers ce podcast, comme une thérapie personnelle. "Le podcast me permet de synthétiser mes découvertes et de partager mon évolution au fur et à mesure de mon apprentissage et de mon évolution, développe-t-elle. Créer Oser Rose a été un challenge en lui-même, j’ai du affronter et dépasser de nombreux blocages et de nombreuses peurs, et je continue de le faire. Plus le podcast grandit plus mes envies évoluent et plus je dois repousser mes limites." Une démarche que l’on a envie d’encourager et de découvrir, encore et encore. 
 


Oser Rose est disponible sur toutes les plateformes