Au soleil cet été - qui s'annonce ardent - on sauve sa peau mais pas au détriment de la nature. Pour bronzer avec bonne conscience on adopte des gestes et des produits simples et eco-friendly. D’abord, on peut commencer par s’exposer aux heures les moins chaudes afin de moins se tartiner de crèmes solaires toutes les heures. Le matin tôt ou en toute fin d’après-midi, on privilégie les protections passives le chapeau et le parasol. Car quelques chiffres sont sans équivoque : un quart de la quantité de crème étalée sur le corps se dilue dans la mer au bout de 20 minutes de baignade. Ce sont donc 25 000 tonnes de crème solaire qui sont déversées dans les océans chaque année. Cela a pour conséquence le blanchiment des coraux et la destruction de nombreux écosystèmes marins. Les chercheurs estiment que 10% des récifs coraux mondiaux seraient menacés par les filtres solaires. Si au Mexique, dans certains parcs naturels, seules les crèmes solaires avec des filtres minéraux biodégradables sont tolérées, la plupart des marques cosmétiques et skincare se sont lancées dans le marché des crèmes respectueuses de l’environnement. Les propositions "water protect" sont de plus en plus nombreuses. Chez Ren, la "Protection Solaire Matifiante Visage" contient 22% d'oxyde de zinc Non Nano qui offrent une protection à large spectre tandis que l'extrait de fruit de la passion, connu pour ses propriétés antioxydantes, renforce les défenses naturelles de la peau contre les radicaux libres. Et le packaging comme les formules, mettent le respect de l’environnement au cœur de leur produit. C’est le cas chez Avène qui supprime en 2013 les filtres chimiques soupçonnés de provoquer des allergies, des irritations, voire de contenir des perturbateurs endocriniens : octocrylène, octinoxate, oxybenzone. Cette année, Clarins a complètement revu sa gamme solaire. La marque s’est associée avec l’Institut océanographique de Monaco pour proposer une ligne de multiprotection 100% végétale qui convient à toutes les peaux. Chez Ren, le tube est réalisé avec 50% de plastique recyclé et le bouchon en plastique 100% recyclé, dans le cadre de leur engagement "Clean To Planet".

Emprunte carbone, sport nautique, cigarettes…
Pas besoin de partir très loin pour profiter d’un bain de soleil. En tous cas, on évite de prendre l’avion et on privilégie des modes de transport doux. Pour un trajet de 3 km, la voiture va émettre deux fois plus de CO2 que le bus, respectivement 650 et 320 grammes de CO2. Le tramway ou le métro n’émettent eux que 10 grammes de CO2 pour le même trajet. Donc on se tourne vers le vélo, les transports en commun, la marche à pieds. Ce sont autant d’alternative à la voiture qui vous donneront en prime satisfaction quant à l’effort déployé. Idem, on prend le train pour les déplacements en France métropolitaine ! Exit les vols internes trop polluants. Si l’on vit en ville, et que la mer est trop loin, les parcs sont des alternatives tout à fait honorables. Les piscines municipales ou d'hôtel sont aussi souvent équipées de solarium peu bondés en plein mois d’août.

Se dépenser écolo
Sur la plage, pour se dépenser, rien de tel que le sport et les jeux d’eau. Ici on privilégie les sports qui ne polluent pas tels que le surf, la planche à voile ou le cerf-volant. Ces sports sont de bonnes alternatives au jet-ski par exemple qui rejettent des hydrocarbures. Restés en surface, ceux-ci gênent les échanges d'oxygène entre l'air et l'eau et diminue la pénétration de la lumière, ce qui perturbe la photosynthèse. Et ils sont cancérigènes pour l'homme et les animaux marins. Si vous pratiquez la plongée sous-marine ou bien le snorkeling, veillez à ne pas toucher les fonds marins ne perturbez pas la biodiversité en touchant les coraux ou les poissons. De même, éviter de ramener du sable à la maison en souvenir.
En revanche, munissez-vous, les fumeurs, d’un cendrier de plage. En effet, en France, 30 milliards de mégots seraient jetés par terre chaque année. Imaginez le nombre enfoui dans le sable sur les plages… Une cigarette peut en fait polluer jusqu’à 500 litres d’eau de mer et il faut compter entre 5 et 10 ans pour le voir se dégrader. En cause ? Les résidus hautement toxiques comme le rappelle la Fondation Sea Sheperd. Si Nice a été précurseur en interdisant la cigarette sur la plage en 2012, la liste s’allonge et une cinquantaine de plages sans tabac étaient comptabilisées à l’été 2018. Depuis le 1er juin il est interdit de fumer sur trois plages à Marseille.
Trouvez la destination et inspirez-vous de ce petit shopping avisé et vous serez prêt pour un été en toute sécurité !

Le bon shopping : 

#1 Une crème solaire corps SPF50+, Clarins
Cette crème solaire corps est intransigeante : elle respecte la peau mais aussi les coraux. Le Sun Plant Complex, combine six extraits de plantes luttant contre le photovieillissement et la désydratation cutanée. Clarins a sélectionné parmi les meilleurs filtres organiques autorisés par les réglementations internationales afin de développer cette nouvelle gamme. À appliquer 15 minutes avant l'exposition au soleil, puis toutes les 2 heures, elle résiste à l'eau et à la transpiration. 
Crème solaire corps, SPF50+, Clarins, 29,50€.

#2 Un spray solaire certifié Bio, Laboratoires de Biarritz
Les Laboratoires de Biarritz sont nés sur la Côte Basque au printemps 2012. Depuis, cette marque engagée en faveur de la défense des océans n’a cessé de développer des produits innovants, tous certifiés Bio. Les crèmes solaires sont formulées à base d’écrans minéraux, qui n’altèrent pas les fonds marins, et ont donc le mérite d’être entièrement respectueuse de l’environnement.
Spray solaire SPF30 certifié Bio, Laboratoires de Biarritz, 21,90€.

 

#3 Une protection solaire matifiante visage, REN
REN Clean Skincare, la marque britannique, pionnière de la cosmétique clean, est partenaire de la Fondation Surfrider, une organisation américaine à but non lucratif dédiée à la protection de nos océans, de nos vagues et de nos plages. Ses flacons sont 100% recyclés, fabriqués en plastique récupéré des océans. Elle est 100% végane avec 99% d'ingrédients d’origine naturelle.
Protection solaire visage, "Clean Screen" SPF 30, Ren Skincare, 34€.

#4 Une protection cheveux, EQ
EQ est une marque de cosmétiques bio, française, non testée sur les animaux et surtout non toxique pour les océans ! Sa gamme de crèmes solaires est élborée à base de filtres minéraux qui ne détruit pas les coraux. On choisit ici le sérum protecteur pour les cheveux indispensable à la plage, à la piscine. Il est certifié BIO® par ECOCERT, labellisé COSMEBIO®, sans parabène, silicone ni PEG. Un sans faute. 
Sérum Cheveux Réparateur et Protecteur, "Keep Glowing", EQ, 16,95€.

#5 Cendrier de poche "Chat", Pylones
Si vous fumez c'est votre choix, pas celui de la plage et de la nature. Hermétique, la cendre et les odeurs restent enfermées, a minima un joli geste pour l'environnement. 
Cendrier de poche "smoky", Pylones, 9€. 


#6 Un maillot de bain épuré, Talia Collins
Concernée par l’environnement et le milieu marin, Talia Collins décide, en 2018, de lancer sa marque éponyme. Au programme, des maillots intemporels et responsables car ils sont réalisés à partir de matériaux issus de déchets marins. Résultat, des pièces coupées à la perfection et personnalisables. Un luxe à connaître absolument.
Maillot de bain, Talia Collins, 183€.



#7 Une fouta teinte, Karawan 
En coton biologique, tissage à plat. Le tissage est réalisé à partir de coton certifié biologique GOTS et les teintures sont certifiées exempts de métaux lourds. Des matières à privilégier. 
Fouta, "Ebène", Karawan, 42€. 
 

 

 

 

#8 Une casquette très cool, Outerknown
Créée "For people and planet", voici le statement de cette casquette en coton organique 100%. Sa production ne détruit pas l’environnement ni les cours d’eau, car elle n'utilise pas de pesticides.
Casquette, "Horizon Snapback", Outerknown, 31€.