Devant notre télé, la vie d'un photographe officiel à Cannes semble glamour, vu de l'intérieur, c'est beaucoup plus sportif. Préparation, caprices de stars et conseils pour la prochaine génération, Pascal Le Segretain, photographe auprès de l'agence et plateforme Getty Images, lève le voile sur son métier passionnant.

Anthony de Pasquale : Depuis combien de temps exercez-vous ce métier ?
Pascal Le Segretain : Je suis dans le secteur depuis 33 ans et j'ai passé 23 ans en tant que spécialiste du divertissement. Cette année sera ma 23ème édition consécutive du Festival de Cannes.J'ai commencé ma carrière auprès de l'agence de presse Sipa en 1986, en tant que photoreporter couvrant l'actualité générale. J'ai ensuite rejoint l'agence Sygma de 1990 à 2002, en tant que collaborateur contractuel. En août 2002, j'ai rejoint Getty Images en tant que photographe.

A.d-P : En quoi consiste le métier de photographe tapis rouge ?
P.L-S : Notre travail consiste à nous assurer que nous photographions tous les angles possibles, pour répondre aux besoins de la presse du monde entier, ainsi que pour les marques, les responsables des relations publiques et de talents. Cela signifie photographier des contenus de haute qualité de toutes les célébrités qui défilent sur le tapis rouge : photos en pied, en buste, et portraits pour photographier le maquillage, la coiffure, les bijoux et accessoires... Un élément clé de mon travail de photographe sur tapis rouge consiste aussi à produire des images uniques dans leur style. Se tenir au milieu plusieurs autres photographes, qui ne disposent que de quelques minutes pour photographier les célébrités qui défilent devant eux, peut vouloir dire prendre les mêmes photos que les autres ; j'essaie toujours d'approcher chaque cliché de manière créative, que ce soit en réfléchissant et planifiant à l’avance les photos que je veux prendre, ou bien en trouvant un angle différent sur le moment.

Pascal Le Segretain/Getty Images

A.d-P : Comment se prépare-t-on ?
P.L-S : Le Festival de Cannes est l’une des opérations les plus importantes de Getty Images Entertainment, juste après les Oscars. En tant qu'événement majeur, Cannes a besoin d'une préparation sérieuse qui débute généralement en janvier. Bien sûr, la vérification de mon équipement est une partie essentielle de la préparation et je m'assure toujours de prendre tout mon équipement en double ! J'essaie normalement de prendre quelques jours de congés avant Cannes pour être bien reposé avant que tout ne démarre. Avec le reste de l'équipe, nous prenons plus de 300 000 images au cours du festival, c’est une période incroyablement dense, c’est donc vital d’essayer de conserver son énergie le plus possible. 

A.d-P : À quoi ressemble une journée type au Festival de Cannes ?
P.L-S : Pendant le Festival, les journées sont très longues... Une journée type commence à 9h avec des photocalls jusqu'à 15h. Le premier tapis rouge a lieu à 15h30 et cela dure jusqu’à parfois 23h, en fonction du nombre de projections. Nous couvrons également toutes les soirées jusqu'au matin, ça ne s'arrête jamais vraiment.

A.d-P : Votre plus beau souvenir du Festival de Cannes ?
P.L-S : L’un de mes meilleurs souvenirs à Cannes remonte à 2007, quand on m’a envoyé chercher les cartes mémoire d’un de mes collègues. Il a été placé à l’extérieur du palais pour filmer l’arrivée de la conférence de presse sur le film de Brad Pitt et Angelina Jolie, "A Mighty Heart". En partant, je suis passé par l’entrée des artistes pour regagner notre bureau situé sous le palais et là, à ma grande surprise, je suis tombé sur Brad et Angelina ! Ils n'étaient entourés que par très peu de personnes - juste un garde du corps et les relations publiques du film. Je me suis adressé à Angelina en français ; "puis-je prendre une photo ?" Elle a répondu "Pour qui"?". J'ai dit que c'était pour Getty Images et elle a dit "ok". J'ai fait quelques pas avec eux dehors, ils ont marché main dans la main puis se sont arrêtés et ont posé pour moi. Ce fut l'un des moments les plus chanceux qu'un photographe puisse avoir.

Pascal Le Segretain/Getty Images

A.d-P : Votre pire souvenir du Festival de Cannes ?
P.L-S : Mon moment le plus difficile a été en 1995, lors du photocall du film "Pendant que tu dormais" de Jon Turtletaub avec Sandra Bullock. J'ai été horrifié de réaliser que j'avais photographié tout le photocall sans carte mémoire dans mon appareil photo… Cela ne s'est produit qu'une fois dans ma carrière.

A.d-P : Les célébrités que vous avez préféré photographier ? 
P.L-S : En tant que photographe de divertissement basé en Europe, j’aime beaucoup photographier les grandes stars hollywoodiennes sur le tapis rouge, car ça reste toujours assez rare et magique... Chaque année, j'ai aussi le privilège de faire les portraits lors du cocktail précédant le dîner amfAR à l'hôtel du Cap à Antibes. C'est vraiment spécial d'avoir accès à cet événement et de travailler en tête-à-tête avec des acteurs comme Nicole Kidman, Jessica Chastain, Eva Longoria, Milla Jovovitch, Kirsten Stewart, Will Smith, Sharon Stone, Benicio Del Toro, Penelope Cruz, etc.

A.d-P : Êtes-vous devenu proche de certaines célébrités au fil des années ?
P.L-S : Je travaille sur de nombreuses missions commerciales tout au long de l'année pour de grandes marques et de grands studios hollywoodiens. Ce travail permet aussi de créer des relations solides non seulement avec les talents, mais également avec les responsables de marques, les personnes en charge des relations publiques, etc. Parfois, lorsque le tapis rouge est très occupé, les relations publiques du talent amèneront la célébrité juste devant mon poste à poser, ce qui est très utile. Construire ces relations de confiance est primordial : il y a certainement des célébrités qui me reconnaissent et qui sont donc disposées à poser pour moi. Par exemple, j’ai travaillé avec Scarlett Johansson lorsqu'elle a ouvert son magasin de popcorn à Paris. Six mois plus tard, je travaillais pour Paramount à Paris (pour la première de Ghost in the Shell). Quand elle m'a vu elle s'est approchée et m’a fait la bise. Elle me reconnaissait et était heureuse de poser pour moi. Sur un tapis rouge très occupé, lorsque vous ne disposez parfois que de quelques secondes pour prendre votre photo, le fait qu’une célébrité pose pour vous peut faire toute la différence. Vous obtenez ce contact visuel direct qui donne des images intimes, plus personnelles, qui se démarquent souvent des autres.

A.d-P : Des conseils à donner à des jeunes qui aimeraient faire ce métier
P.L-S : Aujourd'hui, il est évidemment impératif d’être un bon photographe, mais dans ce paysage concurrentiel, cela ne suffit pas toujours... Vous devez penser de manière créative, il faut prendre cette photo qui vous différencie des autres. Pour ça il est important de penser au type de photo que vous souhaitez prendre. Je dis toujours qu’il est préférable de photographier moins d’images mais mieux pensées, plutôt que de plusieurs photos médiocres. C'est quelque chose que nous prenons très au sérieux en tant qu'équipe. Nous nous mettons toujours au défi d’essayer de nouvelles idées et techniques, ce que nous appelons une "vision alternative". Cela fait plus de deux décennies que je travaille au Festival de Cannes, le même événement chaque année, mais chaque édition me laisse des images différentes - et c’est excitant.

A.d-P : Si vous n'étiez pas photographe, vous seriez... ? 
P.L-S : La photographie a toujours été ma passion, donc j’imagine que je continuerais à travailler dans ce domaine, en tant que galeriste photo peut-être ?