En 2018, alors qu’il était en pleine tournée avec son précédent spectacle On ne se connaît pas, on ne se juge pas, Donel Jack’sman a dû faire face à une polémique qui l’a propulsé, bien malgré lui, sur le devant de la scène. Un soir de représentation à Nice, un spectateur s’est levé pour le traiter de "sale noir". S’en sont suivis bad buzz, soutiens et autres théories complotistes qui ont donné néanmoins une idée à l’humoriste : écrire un second one-man show avec cet évènement comme toile de fond. "Il a vu mon affiche, il y a peu de suspense… Plus noir que moi c'est la nuit ou Omar Sy", s’amuse le comédien en préambule.  

Cette fois-ci, il a raccroché son maillot des Chicago Bulls pour faire rire, bien sûr, et faire réfléchir surtout. Sur le racisme ordinaire d’abord, par le biais d'une chanson oubliée de Michel Sardou (qu’on n’écoutera plus jamais de la même oreille), mais aussi sur la place des minorités dans la société et sur les inégalités. Plus qu’un simple spectacle, Ensemble est un moment de partage, un show fédérateur au cours duquel Donel Jack’sman tente, véritablement, de résoudre les problèmes rencontrés par son public. Grâce à une chaîne de solidarité mise en place à la fin de chaque représentation, il a déjà réussi à offrir une console de jeux à un adolescent et à trouver du travail à quatre personnes. Un one-man show rythmé et sans aucune fausse note à aller applaudir à la Comédie de Paris jusqu’au 28 mars 2020.

"Ensemble", jusqu’au 28 mars 2020 du jeudi au samedi à 20h00 à la Comédie de Paris puis en tournée dans toute la France.