La mode "menswear fluid"

Bousculer les clichés autour du genre est la raison pour laquelle la mode "gender fluid" est innovante. Or, les pièces tirées de collections non-genrées n’ont en général rien d’époustouflant : des basiques mixtes, ou des coupes droites proposées en taille XS jusqu'au XL, qui ont tout l'air d'avoir été empruntés au vestiaire masculin. "On ne peut pas vraiment parler de mode gender fluid, constate Alice Pfeiffer, journaliste mode et spécialiste des questions autour du genre. Il ne s’agit jamais d’un emprunt égalitaire des vestiaires féminins et masculins, la fluidité ne se fait que d’un côté. C’est plutôt du menswear pour tout le monde, un peu plus fluide", ajoute-t-elle. Toutefois, si on constate que le mouvement semble davantage tendre à la masculinisation de la mode femme qu’à la féminisation de la mode homme, l’homme aussi commence à s’affranchir des codes vestimentaires : jupes, transparences, dentelles… Il suffit de jeter un coup d’œil sur les images des derniers défilés menswear pour reconnaître que les lignes bougent. Mais dans la rue, l’évolution reste timide.
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par mrkimjones (@mrkimjones) le

 

La mode "gender fluid", souvent un business plan

Porter des pièces non-genrées apparaît souvent avant tout comme une façon de s’affirmer. Car esthétiquement, la mode gender fluid joue majoritairement la carte de la simplicité, du moins, celle des gros mastodontes de la fast fashion. La nouvelle génération se définissant de moins en moins par son genre, les marques ont compris qu’elles avaient tout intérêt à utiliser une imagerie queer dans leur stratégie marketing.

Icône de QuoteIcône utilisée pour indiquer que ce texte est un rendez-vous

Il ne s’agit jamais d’un emprunt égalitaire des vestiaires féminins et masculins, la fluidité ne se fait que d’un côté.

Icône de QuoteIcône utilisée pour indiquer que ce texte est un rendez-vous

Parce que c’est vendeur, mais aussi par facilité rétorque Alice Pfeiffer. "En termes de production, c’est plus simple de fabriquer ce type de vêtements. On peut dire qu’il y une certaine paresse de coupe" détaille-t-elle. Des basiques simples à produire et simples à porter, même si "ce sont souvent des pièces adaptées aux corps très minces", dénonce la spécialiste. Mais si la mode gender fluid est globalement trop basique dans sa conception, il est évident que tout le monde peut la porter. Une mode pour tous, en quelque sorte, qui en fait quelque chose de puissant. Et qui rend les diktats de beauté toujours plus désuets en 2019.

La mode pour tou.te.s

Le concept de mode "gender fluid" se retrouvant la plupart du temps uniquement imprimé sur l’étiquette d’un vêtement, on pourrait accuser certaines marques de s’approprier un phénomène socio-culturel à mauvais escient. "La mode gender fluid peut être une stratégie de queerwashing de la part des marques", note l’experte. Un soupçon d'opportunisme qui ne doit pas gommer le fait, qu’après des années de rose pour les filles et de bleu pour les garçons, les choses bougent, vraiment.