Isabelle et Ben sont les Roméo et Juliette des temps modernes. Alors que la jeune danseuse s'installe à Paris pour enfin réaliser son rêve- vivre de la danse-, elle croise la route de Victor, célèbre chorégraphe qui a décidé de monter le ballet maudit Les Souliers Rouges. "Choisie" (vous comprendrez en voyant le spectacle) par les chaussons de danse, Isabelle se retrouve prise au piège de la légende, laquelle raconte en effet que le Diable hante les couloirs de l’Opéra et que quiconque chaussera les mystérieux souliers connaîtra la renommée mais devra renoncer à l’amour. Et c’est là que l’histoire prend un tournant tragique puisque la jeune femme fait la rencontre de Ben, un journaliste, dont elle tombe amoureuse. Très vite, elle doit choisir entre "réussir sa vie ou réussir dans la vie", entre la danse et son histoire avec Ben donc.


©Fabrice Chapuis

Orchestré d’une main de maître par Marc Lavoine, à l’écriture, et par son complice de toujours Fabrice Aboulker, à la composition, le spectacle Les Souliers Rouges met en lumière trois jeunes talents : Loryn Nounay dans le rôle d’Isabelle, Benjamin Siksou dans celui de Ben, et Guilhem Valaye alias Victor. Entouré.e.s d’une troupe de huit danseur.se.s, aussi à l’aise sur pointes qu’en danse contemporaine, le trio maudit donne vie à des tableaux qui s’enchaînent à la perfection. Un spectacle dynamique et moderne mis en scène par Jérémie Lippmann dont la scénographie épurée, mais poétique, s'allie parfaitement avec des chorégraphies signées par l’ex-danseuse étoile Marie-Agnès Gillot.


©Fabrice Chapuis

La comédie musicale, adaptée du conte éponyme de Hans Christian Andersen, se jouera aux Folies Bergères (Paris) jusqu’au 19 avril 2020. Entre 35€ à 90€ la place.