Le sexe en plein air, c'est exaltant, risqué, souvent inattendu. Mais ce n’est pas une raison pour faire n’importe quoi. Avant de vous lancer, assurez-vous de choisir un lieu safe et autorisé. Espaces publics, jardins d’inconnus…Rien ne mérite de finir au commissariat pour exhibitionnisme ou intrusion dans une propriété privée. Par ailleurs, si l’on vous encourage à la spontanéité, assurez vous toujours d’être en sécurité. Dans votre couette toute propre ou en pleine nature, le risque d’IST et MST est le même, donc on n’oublie pas de se protéger et on garde toujours sur soi un petit tube de lubrifiant. Après vous avoir donné quelques tuyaux sur les lieux à éviter, voici quelques positions pratiques et adaptées au sexe en plein air.

#1 Sur un banc en extérieur
Sur un banc (s’il est public, c’est à vos risques et périls), une chaise ou un fauteuil de jardin, l’un.e des deux partenaires s’assoit et l’autre se positionne sur lui/elle. L’avantage de cette position discrète, c’est qu’elle est parfaite pour un rapport pénétratif mais aussi si l’on envisage de ne se servir que de ses mains.

#2 La levrette, dans la forêt
En plein air, on cherche des positions confortables surtout si le terrain est semé de brindilles, mauvaises herbes et autres trucs qui grattent. En n’étant pas totalement allongé.e par terre, le ou la partenaire limite le contact de son corps avec le sol et l'autre jouit d’une bonne liberté de mouvement.

#3 L’amazone inversée, dans un champ
Toujours dans un souci de confort, l’amazone inversée permet de limiter le poids sur celui ou celle qui est allongé.e sur le sol. L’autre partenaire se met donc à califourchon sur lui ou elle mais lui tourne le dos et n’exerce donc pas de pression sur son ventre et son bassin. Plutôt appréciable si on envisage de faire l’amour dans un champ de blé qui pique les fesses.

#4 Contre un arbre, là où il y a un arbre
Pas prude pour un sou, Mère nature n’a pas oublié ceux à qui prendraient l’envie de batifoler au milieu de rien. Pour des ébats estivaux, les arbres sont vos meilleurs amis. Solide et trouvable à peu près n’importe où, l’arbre est un support parfait. L’un.e appuie ses mains contre le tronc pendant que l’autre se place derrière. Autre possibilité, l’un.e se met dos à l’arbre et l’autre enlace ses jambes autour de son bassin. Cette option a deux inconvénients : le dos de celui ou celle qui est contre l’arbre risque de frotter contre l’écorce (ce qui fait mal) et devra en plus supporter le poids de son.sa partenaire.

#5 Debout, à peu près n’importe où
L’un.e des deux est debout, jambes légèrement écartées. L’autre lui fait face, à genoux. Dans cette position, il n’est pas vraiment question de tenter une quelconque pénétration vaginale mais plutôt de se concentrer sur le sexe oral. Et la bonne nouvelle, c’est que cette position n’est pas réservée aux fellations, ça marche aussi avec le cunnilingus (dingue). Alors plus d’excuses !

#6 La cuillère, sous une tente
Sous une tente, on privilégie la cuillère ou éventuellement le face à face allongé.es. La raison ? La discrétion bien sûr. A moins que vous ne soyez perdus au milieu de nulle part avec pour seul équipage votre tente et votre épée, vous préférerez éviter que l’on vous remarque aux mouvements de vos corps sur la toile de tente (sauf si c’est le but recherché bien sûr, coucou les exhibos).